Le plombage dentaire est utilisé par les dentistes pour soigner les problèmes dentaires des patients. Aussi connu sous l’appellation amalgame dentaire, le plombage dentaire est composé de différents matériaux. L’utilisation d’un plombage dentaire comporte à la fois des avantages et des inconvénients. Voici les infos utiles sur l’amalgame dentaire.

Définition d’un plombage dentaire

Un plombage dentaire ou en d’autre terme amalgame, est un matériau composé de certains éléments, dont le mercure et d’autres produits comme l’argent, l’étain, le cuivre et le zinc. Il est de nature assez souple et peut s’adapter à toutes les formes de cavités dentaires. Le plombage dentaire est utilisé par les dentistes depuis déjà 150 ans pour traiter les problèmes dentaires. Il a une grande résistance aux chocs. Cette solution répond très bien aux exigences de l’obturation.

L’utilité d’un plombage dentaire

Le plombage dentaire est nécessaire lors du traitement des cavités dentaires. Il permet de mieux contrôler la plaque bactérienne. L’amalgame dentaire permet de limiter la formation et le développement de caries dentaires. De plus, en utilisant un plombage dentaire, les contacts entre les différentes dents sont recréés. Cela permet de protéger la gencive. La résistance des matériaux utilisés dans la fabrication du plombage aide à mastiquer sans difficulté. L’utilisation d’un plombage dentaire entraine une augmentation du taux de mercure dans l’organisme. Ainsi, il est nécessaire de consulter un dentiste avant de recourir à ce traitement dentaire.

Les inconvénients du plombage dentaire

Avec le fait que le plombage dentaire engendre une augmentation du taux de mercure dans l’organisme humain, son utilisation peut entrainer certaines maladies comme les bronchites et les pneumonies. Chez une femme enceinte, la présence d’un amalgame dentaire peut aussi entrainer une infiltration des micro-quantités de mercure à travers la paroi du placenta. Cependant, cela ne présente pas de risques pour le fœtus. Toutefois, ce traitement dentaire est déconseillé dans les cas suivants : l’allergie au mercure, lorsque le patient souffre d’insuffisance rénale, de déficit immunitaire, lorsque le patient est une femme enceinte ou allaitante.