Tout acte médical peut avoir des risques probables. Dans le cas d’une anesthésie générale, la probabilité que cela se produise dépend, pourtant, de plusieurs facteurs comme l’état de santé, l’âge et l’hygiène de vie du patient. Si ces risques sont imprévisibles, ils peuvent provoquer de graves dangers tels que l’allergie et le problème cardiaque ou pulmonaire.

Les risques au réveil

D’une manière cohérente, l’anesthésie générale peut provoquer des effets indésirables plus ou moins fatals chez le patient. Chez les personnes âgées, par exemple, elle peut entrainer des sensations d’engourdissement, des troubles digestifs, des nausées et des vomissements. Le trouble de mémoire et la perte de concentration peuvent aussi survenir, mais disparaitront aussitôt que l’opération sera achevée. En outre, la position prolongée sur la table d’opération compressée peut entrainer des lésions nerveuses, musculaires et cutanées. Lors de l’injection de l’anesthésiant, des rougeurs, des douleurs et une irritation de la gorge dues à l’intubation peuvent survenir.

Les risques graves de l’anesthésie générale

L’anesthésie générale entraine rarement de risques graves. La réaction allergique à l’anesthésiant lors d’une anesthésie générale est le plus gros risque. En effet, elle peut provoquer de graves conséquences comme l’hypertension, l’arrêt cardiaque et la tachycardie ou l’œdème de Quincke. Notons quand même que le taux de mortalité lors d’une anesthésie générale est encore très faible. Toutefois, le passage de l’anesthésiant dans le sang peut quelquefois entrainer un asphyxie.

Les précautions à prendre avant l’anesthésie

Pour se prémunir des risques de l’anesthésie générale, certaines mesures doivent être prises. Avant d’effectuer l’intervention chirurgicale, le patient doit faire une consultation préalable auprès de l’anesthésiste. À cette occasion, ce dernier pourra évaluer l’état de santé général de la personne. Pour éviter la souffrance du patient après l’intervention, le professionnel doit utiliser des techniques fiables. Ainsi, la vérification de l’efficacité et de la fiabilité des substances anesthésiantes est indispensable. Cela permettra de limiter voire maitriser les risques que peut encourir le patient lors de l’anesthésie générale. L’utilisation du repérage des nerfs par échographie (technique indolore et beaucoup plus confortable pour le patient) est en pleine expansion et semble être la technique d’avenir.